Imprimer 

Pendant la phase de réchauffage, le moteur reçoit davantage de mélange par l'intermédiaire de la commande d'air additionnel afin de vaincre la haute résistance de frottement à froid et de garantir la stabilité du ralenti. Quand le moteur est froid, les résistances de frottements ont plus élevées. Au ralenti, le moteur doit vaincre aussi ces résistances. La commande d'air additionnel, montée en dérivation du papillon, assure donc ce dosage d'air supplémentaire. Ce surplus d'air étant mesuré par le débitmètre et pris en considération pour le dosage du carburant, le moteur reçoit donc davantage de mélange. Ce dispositif favorise la stabilisation du ralenti quand le moteur n'a pas encore atteint sa température normale de fonctionnement.

La section du canal de dérivation est commandée agissant en fonction de l'échauffement d'un bilame. Au départ à froid, la section de passage libérée par le diaphragme est donc maximale. Elle diminue au fur et à mesure que la température du moteur augmente, puis est finalement obturée. Le bilame dispose d'un chauffage électrique. La limitation du temps d'ouverture est ainsi assurée suivant chaque type de moteur. L’emplacement de montage de la commande d'air additionnel a été choisi de telle sorte que celle-ci prenne la température du moteur. Quand le moteur est chaud, ce dispositif n'intervient donc pas

 

Une commande d'air additionnel défectueuse peu causer divers problèmes (ralenti instable lors de la phase de réchauffage, ralenti trop élevé, etc..)

 

Commande Air additionel

 

Tester:

Contrôle de la tension en alimentation:

 

Fiche air additionel

Contrôle du fonctionnement:

 

Durite air additionnel